• The Philadelphia International Records Story

     The Philadelphia International Records Story

     Avant - Propos

    Après la Tamla Motown et Stax Records , voici à présent un autre grand label ; le Philadelphia International Records créateur du Philly Sound . Cet article est dédié à Curly , Scipio et Eric , trois grands amateurs de Philly Sound . Comme d'habitude , deux possibilités pour lire l'article ; avec ou sans musique , à vous de choisir . 

    MFSB : Love Is The Message [ Long Version ] 11'29

    The Philadelphia International Records Story

     L'avant Philadelphia International Records

    Depuis le début des années soixante-dix , la Soul Music semble avoir pris un nouveau départ . Mais si son impact commercial est extraordinaire , bien souvent on ne peut en dire autant de sa vitalité créatrice . Les courants de la Soul Moderne sont nombreux , et presque aussi diversifiés que les différents styles de musique populaire . Parmis tous ces courants , nous allons nous consacrer à la musique de Philadelphie , qui semble avoir bénéficié d'un engouement particulier de la part du public Français . Il est tout de même important de remarquer que la plupart de la musique enregistée à Philadelphie n'a pas grand chose à voir avec le Rhythm 'n' Blues tel qu'il était interprété par Otis Redding , Sam & Dave ou James Brown quelques années auparavant . Pourtant , parce que les artistes de Philadelphie sont noirs , ils touchent d'abord un public de Noirs , et de ce fait leurs disques se retrouvent dans les classements " Soul " . Et parce que cette musique est résolument commerciale , et extrêmement dansante , elle a rencontré en quelque années un succès absolument sans précédent . 

    The Philadelphia International Records Story

    Les Fondations Du Philly Sound

     The Philadelphia International Records Story

     ( L-R ) Leon Huff , Thom Bell & Kenny Gamble

    Pendant la grande période du Rock 'n' Roll , vers la fin des années cinquante , début des années soixante , Philadelphie se fit remarquer en produisant une grande variété de chanteurs blancs qui avaient pour points communs une présentation très " bonne famille " et le fait qu'ils jouaient un Rock 'n' Roll émasculé , particulièrement aseptisé , et par là acceptable par le grand public . C'était la grande époque de Bobby Vee , Fabian , Frankie Avalon , Bobby Rydell et autres Brian Hyland et Bobby Darin . Une multitude de labels florissaient , et sortaient des disques à la pelle , Swan Records , Arctic Records , mais le plus important était Cameo-Parkway Records , fondé par Bernie Lowe et Kal Mann en 1957 , et qui avait comme artistes ; Bobby Rydell , Len Barry & The Dovells , Bob Seger , Chubby Checker , Dee Dee Sharp , etc etc etc . Trois hommes transformèrent complètement le " son " de Philadelphie , pour en faire ce qu'il est aujourd'hui . Trois Noirs nommés Kenny Gamble , Léon Huff et Thom Bell . Kenny Gamble et Thom Bell formèrent un duo , Kenny & Tommy , et enregistrèrent en 1960    " Someday " pour le label Heritage Records , disque qui fut un bide retentissant . Puis ils rencontrèrent le guitariste Roland Chambers , et ils décidèrent de monter un groupe avec Winnie Walford à la basse et Karl Chambers ( le frère de Roland ) à la batterie sous le nom de Kenny Gamble & The Romeos . Les Romeos travaillèrent très dur , passant leurs journées à composer et à répéter , et leurs week-ends à jouer dans les clubs locaux ; finalement , en 1964 , ils réussirent à entrer chez Cameo-Parkway Records . Devant le succès remporté par Tamla Motown Records , la direction de Cameo-Parkway Records avait décidé d'engager une section rythmique composée de musiciens noirs . Mais les Romeos ne furent pas très souvent utilisés . Kenny Gamble continuait à composer intensivement , et en 1965 , une chanson qu'il avait écrite en collaboration avec le producteur Jerry Rose fut choisie pour une séance d'enregistrement d'un nouveau groupe vocal de chez Cameo-Parkway Records , Candy & The Kisses . La chanson était " The 81 " , prétexte à essayer de lancer une nouvelle danse . Au cours de cette séance , Kenny Gamble fit la connaissance du pianiste Leon Huff , musicien de studio très prisé à New York , et qui , alors qu'il faisait partie de        " l'écurie " Leiber-Stoller ( Atlantic Records ) , avait travaillé avec Phil Spector ( The Ronettes) , Jeff Barry , Ellie Greenwich , Carole King et Gerry Goffin . Kenny Gamble et Leon Huff se mirent à travailler ensemble , et en 1966 montèrent leur propre label , Excel Records , rapidement rebaptisé Gamble Records ( suite à une revendication d'un autre label nommé lui aussi Excel Records ) , dont la principale acquisition fut les Intruders qui enregistrèrent donc le seul single sur Excel Records .

    The Philadelphia International Records Story 

    Puis Kenny Gamble épousa Dee Dee Sharp , la créatrice du " Mashed Potatoes " ; et en 1968 Kenny Gamble et Leon Huff fondèrent Neptune Records avec comme artistes , The O'Jays , Billy Paul , The Three Degrees , Bunny Sigler , The Vibrations et bien sur The Intruders . Leurs talents de producteurs leur valurent de travailler avec diverses stars sur le déclin , envoyées à Philadelphie par leurs maisons de disques , essayant de retrouver une nouvelle jeunesse . Mercury Records envoya Jerry Butler , qui comme par enchantement se retrouva proplusé au sommet du hit parade avec " Hey Western Union Man " et " Are You Happy " . Ses albums " Ice Man Cometh " et " Ice On Ice " furent deux des plus grosses ventes Soul de l'année 1968 . Le miracle se renouvela pour Atlantic Records qui successivement envoya à Kenny Gamble et Leon Huff , Dusty Springfield , Archie Bell & The Drells et Wilson Pickett ( qui regoûta aux joies du succès avec " Don't Let The Green Grass Fool You " ) , ainsi que pour Joe Simon envoyé par Spring Records en 1971 , qui obtint un hit avec " Drowning In A Sea Of Love " .

    Naissance De Philadelphia International Records  

    The Philadelphia International Records Story

    Tous ces succès permirent à Kenny Gamble et Leon Huff d'amasser l'argent nécessaire à l'ouverture en 1971 d'un grand label , Philadelphia International Records , dont la distribution et la promotion allaient être brillamment assurées par CBS Records . Dès sa création , le catalogue de Philadelphia International Records s'avéra très riche , avec des artistes comme The O'Jays , The Intruders , Harold Melvin & The Blue Notes , MFSB , The Three Degrees , The Ebonys , Billy Paul , The Trammps , The People's Choice , Bunny Sigler , dont la majorité , grâce à Kenny Gamble et Leon Huff , sont aujourd'hui célèbres dans le monde entier . Thom Bell , quand à lui , avait été engagé comme compositeur par Cameo-Parkway Records . Il travailla avec Chubby Checker ( le roi du Twiwt ! ) , et lorsque Cameo-Parkway Records fit faillite , le studio fut racheté par le label de Stan Watson , Philly Groove Records , qui engagea immédiatement Thom Bell , et lui confia les Delfonics . Thom Bell allait leur donner leur premier grand tube . William Hart , le chanteur du groupe , avait écrit " La La Means I Love You " sans grande conviction . Mais Thom Bell , par ses arrangements et sa production , allait transcender la chanson . La section rythmique utilisée sur ce disque des Delfonics est le même que l'on retrouve sur la majorité des tubes issus de Philadelphie depuis 1970 , et comprend Ronnie Baker à la basse , Earl Young à la batterie , Norman Harris et Roland Chambers aux guitares , et Vince Montana au vibraphone . Pour cette occasion , Thom Bell joua lui-même de tous les claviers . " La La Means I Love You " , enregistré en Mars 1968 , se retrouva rapidement en tête du " Hot 100 " . Thom Bell avait réussi l'invraisemblable combinaison d'une voix très haute , avec une section rythmique extrêmement carrée et une orchestration presque " classique " . Par là même , il créait la formule qui allait lui permettre ( ainsi qu'a d'autres ) d'enregistrer pendant des années succès sur succès .

    MFSB 

    The Philadelphia International Records Story 

    MFSB ( Au premier rang de gauche à droite ) : Earl Young , Bobby Eli , Ronnie Baker , Norman Harris et Larry Whasington . 

    Pratiquement tous les artistes de Philadelphia International Records enregistrèrent aux Sigma Sound Studios de Joe Tarsia , et utilisent les services des musiciens-maison regroupés sous le nom de Mother Father Sister Brother , communément appelé MFSB . Ce groupe , qui peut atteindre des proportions gigantesques avec les sections de cuivres et de violons , comprend un noyau de base avec les arrangeurs Bobby Martin et Don Renaldo , les guitaristes Norman Harris , Bobby Eli , Roland Chambers et Ron Kersey ; le bassiste Ronnie Baker , le batteur Earl Young , le vibraphoniste Vince Montana , le percussioniste Larry Washington ; et Leon Huff qui , chaque fois que cela lui est possible , joue des claviers . MFSB a sorti quelques disques ; mis à part le single instrumental " TSOP " , devenu le véritable hymne de Philadelphie , les enregistrements du groupe ( dont les albums " MFSB " et " Love Is The Message " ) ne présentent pas un grand intérêt , malgré la virtuosité des musiciens .

    The Intruders

    The Philadelphia International Records Story

    Lorsque Kenny Gamble et Leon Huff montèrent leur label , Excel Records en 1966 , les premiers artistes qu'ils engagèrent furent les Intruders . Leon Huff avait fait la connaissance du groupe alors qu'il travaillait à New York , et il s'avéra que par coïncidence , son manager était le même que celui des Intruders . A New York en 1964, il leur fit enregistrer un single pour le label Musicor Records qui passa complètement inaperçu . Deux ans plus tard à Philadelphie, Leon Huff produisit " All The Time " pour les Intruders , disque qui fut le seul à sortir sur Excel Records , car un autre label revendiqua l'exclusivité du nom . Après un procès , Kenny Gambel et Leon Huff durent rebaptiser leur label Gamble Records . The Intruders , composés de Little Sony Brown , Eugene Daughtry , Phil Terry et Robert Edwards , sont originaires de Philadelphie . Leur style est directement issu des groupes Doo Wop des années cinquantes , et de ce fait le succès qu'ils rencontrent aujourd'hui encore aux Etats-Unis et même en Europe peut paraître surprenant . La vedette du groupe est Little Sony Brown dont la voix et la façon de chanter sont tout simplement inimitables . Leurs meilleurs titres enregistrés pour Gamble Records méritent une oreille attentive : " Devil With An Angel's Smile " , leur premier single à entrer dans le " Hot 100 " , ainsi que " Together " et " Baby I'm Lone Lonely " en 1967 , sans oublier " I'll Always Love My Mama " en 1973 . Le fameux  " Cowboys To Girls " dépassa le million d'exemplaires vendus en 1968 . Mais leurs meilleures faces sont regroupées sur l'excellent album " Intruder's Super Hits " , paru en 1973 .

    The O'Jays

    The Philadelphia International Records Story 

    Le premier disque à sortir sur le label Neptune Records fut un single des O'Jays , " One Night Affair " , mis sur le marché en Mars 1969 . Kenny Gamble et Leon Huff avaient rencontré les O'Jays à l'Apollo Theater de Harlem , alors qu'ils se produisaient au même show que les Intruders , en pleine gloire après le récent succès de " Cowboys To Girls ". Les O'Jays enregistraient alors pour Bell Records , après être passés par toute une série de labels . Quelques mois plus tard , les O'Jays invitèrent Kenny Gamble et Leon Huff à venir les voir en concert à Cleveland , Ohio , ( leur fief ) , et cette fois ils parlèrent affaires . Le groupe tournait déjà depuis des années , précisément depuis 1958 , lorsque Eddie Levert et Walter Williams qui chantaient alors du Gospel , montèrent leur groupe , The Triumphs avec William Powell , Bill Isles et Bobby Massey . En 1961 , le groupe fut engagé par Sid Nathan pour son label King Records , et furent rebaptisés The Mascots . Un disc-jockey de Cleveland , Eddie O'Jay , s'occupa ensuite de leur trouver des galas , et les présenta à un petit producteur de Detroit , Don Davis ( qui connaîtrait la gloire quelques années plus tard avec Johnnie Taylor & The Dramatics ) .

    The O'Jays : I Love Music [ Long Version ] 9'45

     Don Davis leur fit enregistrer " Miracles " pour le label Dayco Records , et les Mascots changèrent de nom une fois de plus , cette fois en hommage à Eddie O'Jay , et devinrent The O'Jays . Ils continuaient à stagner , lorsqu'ils rencontrèrent H. B. Barnum qui les prit sur son label californien Little Star Records , comme accompagnateurs de Lou Rawls . H. B. Barnum les enregistra et réussit à les placer sur un label plus important , Imperial Records , pour lequel les O'Jays obtinrent trois petits hits en 1965, avec " Lipstick Traces " , " Stand In For Love " et " Let It All Out " . Après un échec chez Minit Records , Bill Isles quitta le groupe en 1966 . Les O'Jays retournèrent à Cleveland et s'apprêtaient à se séparer , lorsqu'un triomphe exceptionnel lors d'un concert leur valut un contrat chez Bell Records . Ils furent confiés à l'arrangeur Richard Tee et au producteur George Kerr , un ancien de chez Tamla Motown Records , et sortirent trois excellents singles qui entrèrent dans les charts " Soul " : " I'll Be Sweeter Tomorrow " , " The Choice " et " Look Over Your Shoulder " . Bell Records sortit un album des O'Jays , mais y rajouta des cris et des applaudissements de foule qui rendirent ce disque particulièrement inaudible . Les O'Jays étaient de nouveau dans le creux de la vague lorsqu'ils signèrent avec Neptune Records . " One Night Affair " , avec une excellente partie de piano électrique de Leon Huff et la voix torride  de Eddie Levert , les relança considérablement , puisque ce disque atteignit la 68éme place du " Hot 100 " , et par la même établit Neptune Records comme un label prometteur . En 1969 , les O'Jays sortirent successivement " Branded Bad " ( un morceau pour danseurs ! ) et une chanson de Noël au titre extrêmement long : " [ Christmas Ain't Christmas New Years Ain't New Hears ] Without The One You Love " . Mais leur meilleur titre fut " Looky Looky [ Look At Me Girl ] " en 1970 , avec une fois encore l'incroyable piano de Leon Huff , malheureusement , en Juillet de cette même année , Neptune Records cessa ses activités . Un fois n'est pas coutume , les O'Jays retournèrent à Cleveland . Bobby Massey quitta le groupe en Septembre de l'année suivante pour se consacrer à la production . Les O'Jays furent contactés par Brian Holland-Lamont Dozier-Eddie Holland pour leur label Invictus Records , ainsi que par Tamla Motown Records , mais ils repoussèrent ces propositions , jugeant que ces firmes ne respectaient pas l'originalité de leurs artistes , et leur donnaient à tous le même son . Ils étaient restés en contact avec Kenny Gamble et Leon Huff , et lorsque ces derniers leur proposèrent de signer sur leur nouveau label , Philadelphia International Records , les O'Jays ne se le firent pas répéter deux fois . Ils n'eurent pas à le regretter , leur premier single " Back Stabbers " produit par Kenny Gamble et Leon Huff , et arrangé par Thom Bell , se vendit à plus d'un million d'exemplaires , et rapporta un disque d'or , le premier pour les O'Jays , mais aussi le premier pour Philadelphia International Records . " Back Stabbers " par le " son " qui s'en dégage , et grâce aux arrangements délicats de Thom Bell , marque véritablement les débuts du Philly Sound contemporain .

    Billy Paul 

    The Philadelphia International Records Story 

    Au début des seventies , on découvre Billy Paul , né à Philadelphie le 01 Décembre 1934 , copain d'enfance du comédien Bill Cosby et grand admirateur de Nat King Cole . C'est en fouillant dans la collection de disques de Jazz de sa mère qu'il se passionne pour la musique . En 1945 , il chante déjà à la radio , puis par la suite dans des clubs de Jazz de sa ville natale ; il a le privilège de se produire avec Charlie Parker en 1955 , peu avant la mort de ce génie du Jazz . C'est d'ailleurs en tant que chanteur de Jazz que Billy Paul réalise ses premiers enregistrements pour le label Jubilee Records avant de partir faire son service militaire . A son retour , en 1961 , il se joint brièvement à Harold Melvin & The Blue Notes , un groupe de Philadelphie qui classe une bonne vingtaine de titres dans les hits-parades black entre 1960 et 1984 dont " If You Don't Know Me By Now " en 1972 . A la fin de cette même année 1972 , Kenny Gamble , Leon Huff et Philadelphia International Records récoltèrent un autre disque d'or avec Billy Paul et son " Me And Mrs. Jones " , qui bien sur fut un tube énorme aux Etats-Unis , en Angleterre , et même en France où ces choses-là sont si exceptionnelles qu'elles méritent d'être signalées . Paul Williams , alias Billy Paul , arriva chez Neptune Records vers 1968 , avec un goût et une direction musicale fermement orientés vers le Jazz . Il apporta à Kenny Gamble quelques titres qu'il avait enregistrés avec un trio de Jazz . Il lui manquait trois morceaux pour compléter un album , aussi entra-t'il en studio à Philadelphie avec Kenny Gamble pour les enregistrer . L'album sortit un peu plus tard sous le titre de " Feeling Good At The Cadillac Club " ; c'était un disque constitué dans sa majeure partie de standards de la variété ( " On A Clear Day " ) . Il se vendit très mal , et Billy Paul se rendit compte qu'il n'y avait pas un très grand public pour ce style de musique . Avec l'aide de Kenny Gamble , il essaya alors de se mettre au goût du jour. Après de longs mois de travail , il sortit " Ebony Woman " , qui entra dans les charts , tout comme le single " Mrs. Robinson " qui en était extrait . Deux mois plus tard, Neptune Records se retrouvait sans distribution et devait se saborder . Billy Paul resta avec Kenny Gamble et Leon Huff , et n'eut pas à le regretter non plus . Kenny Gamble cherchait à trouver un compromis entre l'attirance naturelle de Billy Paul pour le Jazz et la musique qui avait les faveurs du public . Sur l'album suivant , " Goin' East " les influences sont nombreuses et sensibles , et le single " Magic Carpet Ride " fut un Honnête succès . Et puis ce fut l'album " 360 Degrees Of Billy Paul " avec le superbe tube " Me And Mrs. Jones " , écrit et produit par Kenny Gamble et Leon Huff , qui aide à lancer Philadelphia International Records , tandis que Billy Paul ne connaîtra jamais plus un tube phénoménal comme " Me And Mrs. Jones " : No 1 au Hot 100 en Décembre 1972 . 

    Harold Melvin & The Blue Notes 

    The Philadelphia International Records Story

    Au début de l'année 1972 , Philadelphia International Records signa Harold Melvin & The Blue Notes . Jusqu'alors , la carrière du groupe avait été assez surprenante . En effet , alors que l'ambition principale d'un artiste est d'enregistrer , les Blue Notes ne considèraient pas les choses de la même façon . Pendant la majeure partie des années soixante , le groupe préféra tourner intensivement dans les clubs chics des Etats-Unis , où ils se forgèrent une solide réputation . Accompagnés par un groupe de cinq ou six musiciens , les Blue Notes présentaient un show reprenant aussi bien des tubes des Temptations ou de Brian Holland-Lamont Dozier-Eddie Holland , que des succès de Sammy Davis Jr. et autres standards de Broadway . A cette époque , ils furent contactés par Kenny Gamble et Leon Huff , mais refusèrent de perdre quelques semaines de galas lucratifs pour aller s'enfermer en studio . Le producteur Luther Dixon réussit tout de même à leur faire enregistrer un single qui sortit sur Chess Records , et le légendaire Henry Stone produisit un album des Blue Notes dans son studio de Floride, mais ceux-ci n'étaient visiblement pas intéressés par ce côté du show-business Puis des changements s'opérèrent au sein du groupe . Melvin et les Blue Notes découvrirent presque par accident que leur batteur , Theodore Pendergrass , avait des possibilités vocales exceptionnelles . En 1970 , le groupe se sépara pendant quelques mois , et lorsqu'il se reforma , le chanteur John Atkins fut remplacé par Theodore Pendergrass . La formation comprenait alors Harold Melvin , Theodore Pendergrass , Lloyd Parks , Bernard Wilson et Lawrence Brown . Et en 1972 , lorsque Kenny Gamble et Leon Huff revinrent à la charge , les Blue Notes se laissèrent tenter , et signèrent avec Philadelphia International Records . Le premier single " I Miss You " , sortit en Avril , et le résultat était fantastique . La production de Kenny Gamble et Leon Huff sur ce titre est tout simplement géniale . La guitare et le vibraphone sont bien en avant des cuivres et des cordes dès l'intro , qui débute par un falsetto incroyable de Lloyd Parks . Puis dès que commence la mélodie , le piano de léon Huff entre en jeu . Deuxième ingrédient de taille , la voix de Theodore " Teddy " Pendergrass poussée au maximum de ses possibilités . Et puis les choeurs qui reprennent inlassablement : << Oh I... Oh I... Miss You , Miss You , Miss You , Miss You , Miss You >> pendant le long monologue d'Harold Melvin , dramatique et solennel à souhait . Le morceau se termine en apothéose avec la remontée de l'orchestre et le retour de Teddy Pendergrass . " I Miss You " fut un énorme succès dans les charts " Soul " , mais ne fit pas grand chose auprès du public blanc . L'album " Harold Melvin & The Blue Notes " sortit peu après , et  voilà le disque qui pour moi représente la quintessence du son de Philadelphie . Cet album est indispensable . On y trouve la version intégrale de " I Miss You " ( qui avait été écourté sur le single ) , et puis il y a " If You Don't Know Me By Now " , la perle des perles , qui deux mois après sa sortie avait dépassé les deux millions d'exemplaires vendus , et rapporté un disque de platine . Moins intense que " I Miss You " , mais remarquablement servi par une orchestration riche ( mais pas envahissante ) et la voix merveilleuse de Teddy Pendergrass qui chante comme si c'était la dernière fois , " If You Don't Know Me By Now " est une des plus belles ballades jamais enregistrées .

    Teddy Pendergrass 

    The Philadelphia International Records Story 

    En 1975 , Teddy Pendregrass entame sa carrière solo qui lui apporte , trois ans plus tard , un No 1 " Close The Door " . Au début des années 80 , alors que devenu superstar , il attire d'immenses foules dans les plus grandes arènes , un accident de la route le laisse partiellement paralysé . Forcé de se déplacer en fauteuil roulant , Teddy Pendergrass continue à sortir des disques et devient l'un des porte-parole des handicapés aux Etats-Unis . 

    The Philadelphia International Records Story 

    The Three Degrees

    The Philadelphia International Records Story

    The Three Degrees : Dirty Ol' Man [ Long Version ] 8'21 

     Formé en 1963 à Philadelphie et comme son nom l'indique , Three Degrees est un trio vocal . Cependant , il y a eu un certain nombre de changements de personnel et un total de quinze femmes ont représenté le groupe tout au long de sa carrière . Les membres originaux étaient Fayette Pinkney , Shirley Porter et Linda Turner . Elles furent découvertes par le producteur et compositeur Richard Barrett , qui était responsable de groupes des années cinquante comme The Chantels , Little Anthony & The Imperials . Richard Barrett a enregistré leur première chanson " Gee Baby [ I'm Sorry ] " sur le label Swan Records , en 1965 . A la suite Shirley Porter et Linda Turner quittèrent le groupe , laissant Fayette Pinkney le seul membre original du groupe . Elles furent remplacées par Helen Scott et une variété d'autres femmes ( trop nombreuses pour les nommées ) avant la venue de Janet Harmon vers la moitié des années soixante . Richard Barrett s'occupait également de la carrière et de la production de Sheila Ferguson , ( qui était une amie d'enfance depuis le lycée d'Helen Scott ) et , il signa aussi Sheila Ferguson sur le label Swan Records en 1965 . The Three Degrees réalisèrent un certain nombre de singles dont " I'm Gonna Need You " et une reprise de " Maybe " en 1966 . Cette même année , après une longue série de concerts , Helen Scott décide de quitter le groupe pour fonder une famille et fut donc remplacée tout naturellement par Sheila Ferguson ( qui restera 20 ans dans le groupe ) . En 1967 , c'est au tour de Janet Harmon de quitter le groupe qui sera finalement remplacée par Valérie Holiday . Richard Barrett leur fera signer des contrats d'enregistrements au cours des trois prochaines années sur les labels ; Warner Bros. Records , Métromédia Records et surtout Neptune Records ( détenu par Kenny Gamble et Leon Huff et qui travailleront avec les Threes Degrees cinq ans plus tard ) . En 1970 les Three Degrees signent chez Roulette Records et sortent leur premier album " Maybe " , la chanson titre qui est emmenée par Valérie Holiday se retrouve quatrième dans les charts Rhythm 'n' Blues aux Etats-Unis . Les singles " I Do Take You " et " You're The Fool " suivent le même chemin , tout comme leur second album " So Much Love " . Ce succès leur offre une apparition dans le film " The French Connnection " en 1971 , ( filmé lors d'un de leurs concerts à la discothéque de Copacabana à New York ) et aussi un engagement au Riviera Hôtel à Las Vegas , Nevada avec Engelbert Humperdinck . En 1973 lorsque le contrat de Roulette Records se termine , Richard Barrett les signe sur Philadelphia International Records qui leur offrira leurs plus grands succès . La première chanson qu'elles enregistrèrent fut avec le MFSB " TSOP [ The Sound Of Philadelphia ] " qui devint la chanson thème de l'émission TV de Don Cornelius " Soul Train " . Toujour la même année , en Octobre , le groupe fait également une apparition sur l'Américain Télévision Sitcom " Sanford And Son " ( saison 3 , épisode 4 ) , en chantant " I Didn't Know " . 

    The Philadelphia International Records Story

    The Américain Télévision " Sanford & Son " Saison 3 ; Episode 4 ; October 1973

    Leur premier album pour Philadelphia International Records , simplement intitulé " The Three Degrees " , a donné naissance à trois singles ; " Dirty Ol' Man " ( qui obtient un disque d'or en Hollande et en Belgique ) , " Year Of Decision " ( classé No 13 dans les charts singles Anglais ) , mais c'est le troisième single " When Will I See You Again " , qui propulse les Three Degrees vers le sommet . Il se retrouve en tête des charts Anglais pendant deux semaines en Aout 1974 ( c'est la première fois qu'un groupe féminin atteint le sommet des charts Anglais depuis les Supremes en 1964 ) , et devient la quatrième meilleure vente des singles de l'année en Angleterre . Il atteint également la deuxième place des charts Soul aux Etats-Unis , vendant plus de deux millions d'exemplaires et obtient un disque d'or en Décembre 1974 . 

    The Philadelphia International Records Story 

    En 1975 les Three Degrees enregistrent deux albums live ; le premier à Leicester au Royaume-Uni intitué simplement " Live " et le second au Japon , intitulé lui " Live In Japan " . La même année apparaît le deuxième album studio du groupe " The Three Degrees International " et est commercialisé internationalement sous des titres différents et dans différentes langues ; en Europe il est titré " With Love " et il a engendré le single " Take Good Care Of Yourself " , qui atteint le top 10 au Royaume-Uni . En Angleterre l'album est intitulé " Take Good Care Of Yourself " et culmine à la sixième place dans les charts lp du royuame-Uni ( le plus beau score des Three Degrees pour un album en Angleterre ) . Deux autres chansons de l'album obtiennent un grand succès au Japon ; " Midnight Train " et " Nigai Namida " , ce dernier ayant été enregistré en Japonais ( les deux chansons sont des compositions de Japonais ) . En 1976 , les Three Degrees se séparent de Kenny Gamble et Leon Huff et signent chez CBS Records ( Sony / Epic Records ) où elles sortent le concept album " A Toast Of Love" destiné au marché de l'Extrême-Orient , et seule la chanson titre de l'album est parue au niveau international ( ce qui fait que cet album est très recherché ) . En 1976 toujours , Fayette Pinkney décide de quitter le groupe afin de reprendre ses études à plein temps ????? et est remplacée par l'ancienne membre du groupe , Helen Scott . En 1977 paraît l'album " Standing Up For Love " , le dernier pour CBS / Epic Records . En 1978 , elles signent sur le label Ariola Records ( US et EUROPE ) , et commencent à travailler avec Giorgio Moroder , le célébre producteur de Disco suite à son travail avec Donna Summer . Le succès est au rendez-vous avec les deux albums sur Ariola Records " New Dimensions " en 1978 , et " 3 D " en 1979 qui ont livré quatre hits singles au Top 20 Anglais ; " Givin' Up Givin' In " , " Woman In Love " ( originellement enregistré par twiggy en 1977 ) , " The Runner " et " My Simple Heart " . 

    The Philadelphia International Records Story  

    Le groupe participe au trentième anniversaire du Prince Charles à Buckingham Palace en 1978 , et plus tard sont invitées au Pre-Wedding Party pour le mariage de Lady Diana Spencer en 1981 . Leur propre émission de télévision " The Three Degrees At The Royal Albert Hall ( An Evening With The Three Degrees ) " est enregistrée en Octobre 1979 , dans laquelle le trio est soutenu par le Royal Philharmonic Orchestra . En 1980 paraît l' album " Gold " , ( une compilation qui se classe dans le Top 10 Anglais ) doté d'une face de hits du label Ariola entre 1978-1979 , et sur l'autre face d'enregistrements " Live " de leur émision TV au Royal Albert Hall . Cette compilation est le deuxième " Best Of " du groupe à prendre place dans le Top 10 lp Anglais en moins de deux ans , après celui de CBS Records "A Collection Of Their 20 Greatest Hits" au début de 1979 ( qui préfigurait le matériel pré-Ariola et qui culmina à la huitième place de ce même Top 10 lp Anglais ) . Entre 1982 et 1985 , les Three Degrees sortent deux albums sur leur propre label 3 D Records , " Album Of Love " et " Live In The UK " , ainsi qu'un single de Sheila Ferguson intitulé " Liar " . Un troisième enregistrement pour la télévision Anglaise , BBC Télévision Show est enregistré en 1982 , intitulé " Take 3 Degrees " , qui comprend des performances de leurs plus grands succès , et aussi des chansons que le groupe effectuait dans leur dernier spectacle comme " I Can't Turn You Loose " et " Celebration " . Le groupe retrouve les charts Anglais en 1985 avec " The Heaven I Need " qui a été produit par Stock , Aitken , Waterman sur le label Supreme Records . En 1986 , Sheila Ferguson quitte à son tour le groupe et est remplacée par Vera Brown des Ritchie Family , puis par Rhea Harris en 1987 . En 1989 Helen Scott et Valérie Holiday avec une nouvelle recrue , Victoria Wallace enregistrent un nouvel album intitulé " Three Degrees...And Holding " sur le label Ichiban Records , et un single en est extrait " A Tender Lie " . Le groupe enregistre un cd " Live At London's Dominion Theatre " , avec Billy Paul et Harold Melvin & The Blue Notes à l'été 1989 . Le groupe enchaîne avec une tournée au Royaume-Uni et au Japon à la fin de l'année . En Décembre 1989 , Cynthia Garrison remplace Victoria Wallace , et en 1993 , elles enregistrent une nouvelle version de " When Will I See You Again " avec Thomas Anders ( de Modern Talking ) .

     The Philadelphia International Records Story

     MFSB Featuring The Three Degrees : Tsop 5'49

     

     Il a fourni trois pistes pour leur album " Out Of The Past Into The Future " , marquant leur retour sur le label Ariola Records et aussi le plus réussi depuis quinze ans . Deux autres singles en sont extraits la nouvelle version de " Dirty Ol' Man " et une nouvelle chanson " Hurry Hurry " . En 1996 le groupe sort un nouvel album best of intitulé " Best & New Hits : When Will I See You Again " comprenant quatre réenregistrements d'anciens titres et six nouvelles chansons . En 1998 un album de circonstance                 " Christmas With The Three Degrees " est enregistré , alors que le groupe continue leur tournée . Elles font leur première apparition à la télévision américaine depuis plus de vingt ans , en 2003 sur le PBS spectacle " Rhythm , Love , And Soul " avec Aretha Franklin , Lou Rawls et Mary Wilson . Elles font également parties du " Best Disco In Town 2004 Tour " avec les Pointer Sisters , Chic , The Emotions et Evelyn " Champagne " King . On les retrouve au " Best Disco In Town 2007 Tour " du Royaume-Uni en Mai 2007 . En 2008 le groupe sort l'album " Helen , Valérie , Cynthia : The Greatest Hits " qui comprend complètement de nouveaux enregistrements de leurs plus gros succès et quelques titres favoris de leurs fans . Le groupe , ainsi que Fayette Pinkney ( membre fondateur du groupe ) reçoivent plusieurs honneurs au cours de 2007 et 2008 à travers le BEMA ( The Black Entertainment and Music Association ) et celui de la ville de Philadelphie pour leur contribution à la musique plus de cinq décennies , la création , pour la première fois " The Four Degrees ". Fayette Pinkney Décéde le 27 Juin 2009 , à l'hôpital de Lansdale , Pensylvanie , après une courte maladie , à l'âge de soixante et un ans . En 2009 , le groupe sort son premier album studio en plus de dix ans ,               " Undercover 2009 " contenant une sélection de huit reprises de chansons classiques d'interprètes comme Abba , Stevie Wonder , Paul Simon et Bee Gees . En 2010 paraît le single " Holding Back " , et en Janvier 2011 , Freddie Piscine remplace Cynthia Garrison suite à un syndrome du piriforme contracté , afin de respecter les contrats de tournées. La formation Valérie Holiday , Helen Scott et Cynthia Garrison fut la plus longue du groupe ( 1989 - 2010 ) .        

    The Philadelphia International Records Story

    The Stylistics

    The Philadelphia International Records Story

    La plus belle réussite de Thom Bell à ce jour , ce sont les Stylistics , certainement le groupe le plus professionnel et le plus commercial ( dans le bon sens du terme ) à avoir émergé de Philadelphie . Le groupe existe dans sa forme actuelle depuis 1968 , lorsque Russell Thompkins Jr. , Airron Love et James Smith qui faisaient partie des Monarchs , et Herbie Murrell et James Dunn des Percussions se réunirent et prirent le nom de Stylistics . En 1969 , ils enregistrèrent leur premier disque pour Sebring Records ,          " You're A Big Girl Now " , composition de leur guitariste Robert Douglas et de leur manager Marty Bryant . Le disque fit un gros succès à Philadelphie et Bill Perry , le patron de Sebring Records , vendit la bande , ainsi que le contrat des Stylistics , à Avco Embassy Records , qui s'empressa de distribuer " You're A Big Girl Now " dans tous les Etats-Unis . C'est Avco Embassy Records qui contacta Thom Bell pour produire les Stylistics . Thom Bell écouta " You're A Big Girl Now " , et comprit immédiatement les défauts du groupe . Russell Thompkins Jr. avait une voix particulièrement haute , aigüe et puissante à la fois , mais monotone . Thom Bell rectifia cela , il le fit chanter plus bas, et changea complètement l'accompagnement musical des Stylistics . Leur premier enregistrement avec Thom Bell , " Stop , Look And Listen " était très réussi , il suffit de le comparer avec " You're A Big Girl Now " pour sentir l'énorme différence . Mais c'est avec les deux disques suivants , " Betcha By Golly Wow " et surtout " You Are Everything " , que Thom Bell mit définitivement au point le son des Stylistics . Russell Thompkins chantait plus bas , certes , mais sa voix était encore étonnamment haute , et une production à base de violons et de cuivres aurait sans doute considérablement réduit l'impact du groupe . Thom Bell garda l'accompagnement orchestral , mais y ajouta un piano électrique , et fit claquer la basse et la batterie . Le résultat est particulièrement captivant . En 1980 Kenny Gamble et Leon Huff signent avec les Stylistics pour le label TSOP Records , le sous label de Philadelphia International Records , seulement ce groupe est sur le déclin . Avec dix-sept tubes , les Stylistics et leurs douces ballades romantiques étaient devenus le groupe vocal Soul le plus populaire entre 1971 et 1976 .

    The Spinners 

    The Philadelphia International Records Story

    Tout au long de l'extraordinaire ascension de Philadelphia International Records et de Kenny Gamble et Leon Huff , Thom Bell n'était pas resté inactif . Lorsqu'il produit un album , Thom Bell considère chaque chanson comme un single en puissance , à la grande joie des maisons de diques qui ne se privent pas d'extraire d'un album un maximum de singles . Sous la direction de Thom Bell , les Stylistics enregistrèrent leur deuxième album " Stylistics 2 " et obtinrent un énorme hit aux Etats-Unis et en Angleterre avec " Stone In Love With You " . Et puis les dirigeants d'Atlantic Records convoquèrent Thom Bell et lui présentèrent la liste de tous les artistes-maison , en lui demandant de choisir ceux qu'il aimerait produire . A la surprise générale , Thom Bell choisit les Spinners . Jusqu'alors , leur carrière avait été tortueuse . Originaires de Detroit , ils commencèrent à chanter en 1956 sous le nom de The Domingos , et se rebaptisèrent Spinners un an plus tard . Harvey Fuqua les engagea pour son label Tri-Phi Records , et leur premier disque " That's What Girls Are Made For " fut un gros succès . En 1964 , Harvey Fuqua vendit son label à son beau-frère Berry Gordy Jr. , et les Spinners se retrouvèrent sur Motown Records . Malgré quelques tubes épisodiques , " I'll Always Love You " en 1965 , et " It's A Shame " produit par Stevie Wonder en 1970, les Spinners devaient tourner inensivement pour pouvoir survivre , et ils décidèrent d'un commun accord de quitterTamla Motown Records pour chercher un autre label plus décidé à s'occuper d'eux . Avec Atlantic Records , et grâce à Thom Bell, la métamorphose des Spinners allait être totale : en quelques mois , ils vendirent plusieurs millions d'exemplaires de " I'll Be Around " et de " Could It Be I'm Falling In Love " . " I'll Be Around " en particulier est un classique , et reste l'archètype de ce que le show-business américain baptisa à sa sortie , le " Thom Bell Beat " .

    La Suprématie De Kenny Gamble , Leon Huff et Thom Bell

    The Philadelphia International Records Story

      Harold Melvin & The Blue Notes : Bad Luck [ Long Version ] 8'02

    Attirés par la soudaine vogue du " Philly Sound " , des producteurs arrivèrent à Philadelphie de tous les coins des Etats-Unis pour faire enregistrer leurs artistes aux Sigma Sound Studios de Joe Tarsia , avec les musiciens de MFSB . Mais Kenny Gamble , Leon Huff et Thom Bell restaient malgré tout les maîtres incontestés du Philly Sound . Pour eux et leurs artistes , l'année 1973 fut extraordinaire par le nombre de disques d'or qu'elle leur apporta , aussi bien sur le plan des singles que sur celui des albums . De plus , les disques sortis entre la fin de l'annèe 1973 et les premiers mois de 1974 restent les plus intéressants , musicalement , pour l'amateur de Soul Music . Chez Philadelphia International Records , les O'Jays triomphèrent avec l'album " Ship Ahoy " , Harold Melvin & The Blue Notes avec " Black And Blue " , Billy Paul avec " War Of The Gods " , les Three Degrees avec " Threes Degrees " , et jusqu'aux musiciens de studios de MFSB à qui fut donner l'occasion d'enregistrer un album instrumental , " Music Is The Message " . Du côté des singles , l'éventail s'élargit , on y trouve des productions de Kenny Gamble et Leon Huff , " The Love I Lost " de Harold Melvin & The Blue Notes , " I Wanna Know Your Name " des Intruders , " Dirty Ol' Man " des Three Degrees , " For The Love Of Money " des O'Jays , " I Was Married " de Billy Paul , et le fameux " The Sound Of Philadelphia " ( TSOP ) de MFSB ; des productions de Thom Bell bien sur , avec les Spinners " Mighty Love " et " Then Came You " , et surtout les deux plus beaux enregistrements des Stylistics , " Rock 'n' Roll Baby " et "You Make Me Feet Brand New"  mais également deux groupes produits par le guitariste de MFSB , Norman Harris pour Blue Magic , qui obtint un disque d'or avec le merveilleux " Sideshow " , et The First Choice et leur tube " The Player " . De plus , pour augmenter encore le succès de Philadelphia International Records , de nombreux pays commençaient à s'intéresser vivement au Philly Sound . Aussi Kenny Gamble et CBS Records lancèrent le label PIR Records en Angleterre , puis en Europe , et organisèrent une tournée Européenne en Décembre 1973 avec les O'Jays , Billy Paul et les Intruders , qui reçut un accueil triomphant . L'album des O'Jays , " Live In London " , enregistré en concert au cours de cette tournée , fut d'ailleurs un best-seller en Grande-Bretagne .

    Avenir Et Fin Du Philly Sound

    The Philadelphia International Records Story

    Aujourd'hui , Philadelphia International Records , les studios Sigma , les musiciens de MFSB , Kenny Gamble , Leon Huff et Thom Bell , sont devenus de véritables institutions, des légendes vivantes . Les O'Jays furent les superstars de PIR Records , ils ont obtenu leur cinqième disque d'or avec l'album " Family reunion " en 1975 , mais leurs récents enregistrements ont perdu la hargne et la fougue qui les caractérisaient , bien que leurs voix aient gardé toute leur fraîcheur et leur émotion . Le problème semble d'ailleurs être le même pour la plupart des grandes vedettes du Philly Sound . " Wake Up Everybody " édité en 1975 sera le dernier album de Harold Melvin avec les Blue Notes  , celui-ci se séparant du groupe emmené par le chanteur soliste Teddy Pendergrass . Harold Melvin possède les droits sur le nom du groupe , mais c'est teddy Pendregrass qui porte la responsabilité de l'identité vocale des Blue Notes . Quoi qu'il en soit , c'est avec eux que Kenny Gamble et Leon Huff ont fait leur meilleur travail , et l'album " To Be True " avec le single " Bad Luck " restent avec " I Miss You " et " If You Don't Know Me By Now " les meilleures réalisations du groupe . Après l'énorme succès de " You Make Me Feel Brand New " , Thom Bell décida de ne plus travailler avec les Stylistics . Si l'on considère la succession de hits enregistrés par les Stylistics depuis leur séparation avec Thom Bell , il semble que le groupe n'a pas eu à regretter les chansons et la production du " maître " . Mais le fait a beau être troublant , il n'en est pas moins fréquent , nombreux sont les artistes qui , après avoir triomphé grâce à de véritables chef-d'oeuvres , continuent à jouir du même succès pendant des années , alors que leurs enregistrements ne comportent plus la moindre parcelle d'originalité ni de génie , et ne sont que la répétition et l'exploitation d'une formule . Pour remplacer Thom Bell , il a fallu aux Stylistics quatre personnes : un compositeur ; George David Weiss , un arrangeur ; Van McCoy , et deux producteurs ; le tandem Hugo et Luigi alors que Thom Bell faisait tout lui-même , et à la perfection . Avec Thom Bell leurs merveilleuses harmonies étaient subtilement soulignées par les musiciens de MFSB , depuis , les voix des Stylistics sont inexorablement noyées dans un océan de violons et de trompettes . Voilà pourquoi on peut être surpris par l'énorme succès remporté par des chansons insipides comme " Star On A TV Show " et " Thank You Baby " . Curieusement , les meilleures choses qui émanèrent de Philadelphie ne sont plus les productions de Kenny Gamble et Leon Huff . Thom Bell reste le producteur le plus intéressant , en particulier dans son travail avec les Spinners . Il faut absolument avoir entendu leurs albums " News And Improved " et " Pick Of The Litter " , avec les perles que sont " Sittin' On The Top Of The World " , " Games People Play " et " You Made A Promise To Me " . Et puis il faut compter avec Blue Magic , le meilleur groupe vocal à avoir émergé de Philadelphie depuis les Stylistics , et produit de main de maître par le guitariste Norman Harris . Bien que les délicates harmonies vocales du groupe soient assez réminiscentes des Delfonics et des Stylistics , le chanteur soliste Ted Mills fait preuve d'une grande individualité , qui en fait l'égal d'un Russell Thompkins Jr. . Il suffit d'écouter " Look Me Up " ou l'album " Magic Of The Blue " pour en être convaincu . Malgré cela , le Philly Sound semble devenir Stérile . D'un point de vue commercial , la formule s'avère une grande réussite , on ne compte plus les vieilles gloires de la Soul qui , sur le déclin , ont retrouvé un deuxième souffle en allant enregistrer à Philadelphie , et il en est arrivé de nouveaux tous les jours . Musicalement , cependant cette formule s'éssouffle , les arrangements deviennent de plus en plus grandiloquents et toutes les productions finissent par se ressembler . En 1977 , il faut se tourner ailleurs pour entrevoir l'avenir de la Soul Music . Le sort de cette musique semble reposer dès lors , entre les mains de gens comme Bobby Womack et Millie Jakson , qui enregistrent à Muscle Shoals , d'Al Green et Ann Peebles qui poursuivent une brillante carrière sous la direction du producteur Willie Mitchell , dont le label Hi Records est le dernier bastion du " Memphis Sound " . Et il y a toujours Laura Lee , Sly Stone , " le pape du Soul Psychédélique " , dont la musique , comme celle de Stevie Wonder , tend de plus en plus , il est vrai vers le Rock 'n' Roll . Kenny Gamble , Leon Huff et Thom Bell ont relancé une musique qui était dans l'impasse . Leur influence est à la mesure de l'empire qu'ils se sont construit : considérable . Le show-business est avant tout une affaire d'argent : sur ce plan-là , ils ont réussi sur toute la ligne , et l'engouement du public pour le " son " de Philadelphie , fait que son impact sur l'histoire de la Soul Music n'a pas diminué . Le Philly Sound a ouvert la grande porte au Disco qui n'allait pas tarder à s'y engouffrer ; mais cela est une autre histoire .

    Epilogue

    A la suite de cet article j'ai l'intention d'ajouter une nouvelle rubrique dans mon blog , celle du Philadelphia Sound et du Philly Sound , où vous pourrez écouter ce genre de musique . Qu'en pensez-vous ?       

    « The Artistics : Album " I'm Gonna Miss You " Brunswick Records BL 754123 [US]Gus Jenkins : Road Runner Flash Records FL-128 [ US ] »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Dimanche 5 Mai 2013 à 23:45

    Bravo pierre texte et photos super (Dan)

    2
    Nanou -
    Mardi 7 Mai 2013 à 08:27

    Yessssssss en voilà une idée qui me plaît

    Je dois avouer, et avec regret, que je n'ai pas eu le temps de lire l'article que tu auras probablement rédiger, comme à ton habitude, avec fougue et coeur. Tu m'en excuseras

    Reste que j'ai tout de même eu le temps de faire glisser dans mes écoutilles ta première sélection de bon cru.

    Une série d'artistes que j'apprécie, et dont une flopé de titres tournent dans mes sélections du registre.

    Bisouilles

    3
    inconnu charleroi
    Vendredi 10 Mai 2013 à 23:54

    bonjour soulquinquin, magnifique biographie sur le sujet ... super .. j'apprécie aussi cette music , mais je ne l'avait jamais vu sur ce genre de discourt , je connaissais le style philadelphia music précurseur du disco ... que je j'écoute encord de temps en temps ,je ne suis pas bloqué sur le popcorn ,soul-oldies ,soul-yéyé ,..

    si tu ouvre une rubrique de philadelphia sound,il y a une très grand palette d'artice comme tu la bien signaler ..

    je suis pour cette rubrique et comme celà certaines personnes découvreront ce style qui est le début d'autres style qui viendront plus tard ...

    4
    Peggy Philisoul
    Mercredi 18 Septembre 2013 à 20:59

    Bonjour,

    c'est un super boulot que vous avez fournis la!!!!!

    bravo 

    J'ai mm volé vos texte pour les mettre sur mon groupe facebook (sound of philadelphia)

    que je vous invite a rejoindre avec plaisir 

    5
    nostalgia seventies
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 21:55

    votre blog est genial   toute ma jeunesse , des souvenirs et une musique que j'ecoute toujours avec autant de plaisir . de plus

    j'ai appris plein de "choses" que je ne savais pas . continuez a le faire vivre

    6
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 23:04
    Hello nostalgia seventies , un grand merci pour votre commentaire qui fait chaud au coeur . Hélas j'ai un gros problème avec Eklablog car je n'arrive plus à poster le moindre article et je crains devoir arrêter tout simplement .
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :