• Cette autre compilation " Greatest Hits " mais cette fois ci , concernant Teddy Pendergrass est le cent trente deuxième album du label . Il est édité en Amérique sur le label Philadelphia International Records FZ 39252 [ US ] , au Canada sur le label Philadelphia International Records FZ 39252 [ CA ] et en Europe sur le label Philadelphia International Records PIR 32442 / 40 32442 ( Cassette ) [ NL , FR , GE , UK , IT , ES , GR ] en 1984 .

    L'édition Anglaise sur le label Philadelphia International Records PIR 32442 [ UK ] .

    1984 : Teddy Pendergrass : Album " Greatest Hits " Philadelphia International Records FZ 39252 [ US ]

    1984 : Teddy Pendergrass : Album " Greatest Hits " Philadelphia International Records FZ 39252 [ US ] 

    A 1 ) Turn Off The Lights 5'56

    A 2 ) Love T.K.O. 5'00

    A 3 ) I Don't Love You Anymore 3'59

    A 4 ) The More I Get , The More I Want 4'27

    A 5 ) Only You 3'35

    1984 : Teddy Pendergrass : Album " Greatest Hits " Philadelphia International Records FZ 39252 [ US ]

    B 1 ) Close The Door 5'28

    B 2 ) When Somebody Loves You Back 4'59

    B 3 ) You Can't Hide From Yourself 4'08

    B 4 ) Come Go With Me 5'51

    Mon petit bonus

    Is It Still Good To Ya 4'33

    1984 : Teddy Pendergrass : Album " Greatest Hits " Philadelphia International Records FZ 39252 [ US ]

    L'édition Hollandaise ( Cassette ) sur le label Philadelphia International Records 40 32442 [ NL ] . 

    1984 : Teddy Pendergrass : Album " Greatest Hits " Philadelphia International Records FZ 39252 [ US ]

    L'édition Américaine sur le label Philadelphia International Records FZ 39252 [ US ] .

    1984 : Teddy Pendergrass : Album " Greatest Hits " Philadelphia International Records FZ 39252 [ US ]

      http://www.mijnbestand.nl/Bestand-4JVHKF4FFMN8.rar

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  The Philadelphia International Records Story

     Avant - Propos

    Après la Tamla Motown et Stax Records , voici à présent un autre grand label ; le Philadelphia International Records créateur du Philly Sound . Cet article est dédié à Curly , Scipio et Eric , trois grands amateurs de Philly Sound . Comme d'habitude , deux possibilités pour lire l'article ; avec ou sans musique , à vous de choisir . 

    MFSB : Love Is The Message [ Long Version ] 11'29

    The Philadelphia International Records Story

     L'avant Philadelphia International Records

    Depuis le début des années soixante-dix , la Soul Music semble avoir pris un nouveau départ . Mais si son impact commercial est extraordinaire , bien souvent on ne peut en dire autant de sa vitalité créatrice . Les courants de la Soul Moderne sont nombreux , et presque aussi diversifiés que les différents styles de musique populaire . Parmis tous ces courants , nous allons nous consacrer à la musique de Philadelphie , qui semble avoir bénéficié d'un engouement particulier de la part du public Français . Il est tout de même important de remarquer que la plupart de la musique enregistée à Philadelphie n'a pas grand chose à voir avec le Rhythm 'n' Blues tel qu'il était interprété par Otis Redding , Sam & Dave ou James Brown quelques années auparavant . Pourtant , parce que les artistes de Philadelphie sont noirs , ils touchent d'abord un public de Noirs , et de ce fait leurs disques se retrouvent dans les classements " Soul " . Et parce que cette musique est résolument commerciale , et extrêmement dansante , elle a rencontré en quelque années un succès absolument sans précédent . 

    The Philadelphia International Records Story

    Les Fondations Du Philly Sound

     The Philadelphia International Records Story

     ( L-R ) Leon Huff , Thom Bell & Kenny Gamble

    Pendant la grande période du Rock 'n' Roll , vers la fin des années cinquante , début des années soixante , Philadelphie se fit remarquer en produisant une grande variété de chanteurs blancs qui avaient pour points communs une présentation très " bonne famille " et le fait qu'ils jouaient un Rock 'n' Roll émasculé , particulièrement aseptisé , et par là acceptable par le grand public . C'était la grande époque de Bobby Vee , Fabian , Frankie Avalon , Bobby Rydell et autres Brian Hyland et Bobby Darin . Une multitude de labels florissaient , et sortaient des disques à la pelle , Swan Records , Arctic Records , mais le plus important était Cameo-Parkway Records , fondé par Bernie Lowe et Kal Mann en 1957 , et qui avait comme artistes ; Bobby Rydell , Len Barry & The Dovells , Bob Seger , Chubby Checker , Dee Dee Sharp , etc etc etc . Trois hommes transformèrent complètement le " son " de Philadelphie , pour en faire ce qu'il est aujourd'hui . Trois Noirs nommés Kenny Gamble , Léon Huff et Thom Bell . Kenny Gamble et Thom Bell formèrent un duo , Kenny & Tommy , et enregistrèrent en 1960    " Someday " pour le label Heritage Records , disque qui fut un bide retentissant . Puis ils rencontrèrent le guitariste Roland Chambers , et ils décidèrent de monter un groupe avec Winnie Walford à la basse et Karl Chambers ( le frère de Roland ) à la batterie sous le nom de Kenny Gamble & The Romeos . Les Romeos travaillèrent très dur , passant leurs journées à composer et à répéter , et leurs week-ends à jouer dans les clubs locaux ; finalement , en 1964 , ils réussirent à entrer chez Cameo-Parkway Records . Devant le succès remporté par Tamla Motown Records , la direction de Cameo-Parkway Records avait décidé d'engager une section rythmique composée de musiciens noirs . Mais les Romeos ne furent pas très souvent utilisés . Kenny Gamble continuait à composer intensivement , et en 1965 , une chanson qu'il avait écrite en collaboration avec le producteur Jerry Rose fut choisie pour une séance d'enregistrement d'un nouveau groupe vocal de chez Cameo-Parkway Records , Candy & The Kisses . La chanson était " The 81 " , prétexte à essayer de lancer une nouvelle danse . Au cours de cette séance , Kenny Gamble fit la connaissance du pianiste Leon Huff , musicien de studio très prisé à New York , et qui , alors qu'il faisait partie de        " l'écurie " Leiber-Stoller ( Atlantic Records ) , avait travaillé avec Phil Spector ( The Ronettes) , Jeff Barry , Ellie Greenwich , Carole King et Gerry Goffin . Kenny Gamble et Leon Huff se mirent à travailler ensemble , et en 1966 montèrent leur propre label , Excel Records , rapidement rebaptisé Gamble Records ( suite à une revendication d'un autre label nommé lui aussi Excel Records ) , dont la principale acquisition fut les Intruders qui enregistrèrent donc le seul single sur Excel Records .

    The Philadelphia International Records Story 

    Puis Kenny Gamble épousa Dee Dee Sharp , la créatrice du " Mashed Potatoes " ; et en 1968 Kenny Gamble et Leon Huff fondèrent Neptune Records avec comme artistes , The O'Jays , Billy Paul , The Three Degrees , Bunny Sigler , The Vibrations et bien sur The Intruders . Leurs talents de producteurs leur valurent de travailler avec diverses stars sur le déclin , envoyées à Philadelphie par leurs maisons de disques , essayant de retrouver une nouvelle jeunesse . Mercury Records envoya Jerry Butler , qui comme par enchantement se retrouva proplusé au sommet du hit parade avec " Hey Western Union Man " et " Are You Happy " . Ses albums " Ice Man Cometh " et " Ice On Ice " furent deux des plus grosses ventes Soul de l'année 1968 . Le miracle se renouvela pour Atlantic Records qui successivement envoya à Kenny Gamble et Leon Huff , Dusty Springfield , Archie Bell & The Drells et Wilson Pickett ( qui regoûta aux joies du succès avec " Don't Let The Green Grass Fool You " ) , ainsi que pour Joe Simon envoyé par Spring Records en 1971 , qui obtint un hit avec " Drowning In A Sea Of Love " .

    Naissance De Philadelphia International Records  

    The Philadelphia International Records Story

    Tous ces succès permirent à Kenny Gamble et Leon Huff d'amasser l'argent nécessaire à l'ouverture en 1971 d'un grand label , Philadelphia International Records , dont la distribution et la promotion allaient être brillamment assurées par CBS Records . Dès sa création , le catalogue de Philadelphia International Records s'avéra très riche , avec des artistes comme The O'Jays , The Intruders , Harold Melvin & The Blue Notes , MFSB , The Three Degrees , The Ebonys , Billy Paul , The Trammps , The People's Choice , Bunny Sigler , dont la majorité , grâce à Kenny Gamble et Leon Huff , sont aujourd'hui célèbres dans le monde entier . Thom Bell , quand à lui , avait été engagé comme compositeur par Cameo-Parkway Records . Il travailla avec Chubby Checker ( le roi du Twiwt ! ) , et lorsque Cameo-Parkway Records fit faillite , le studio fut racheté par le label de Stan Watson , Philly Groove Records , qui engagea immédiatement Thom Bell , et lui confia les Delfonics . Thom Bell allait leur donner leur premier grand tube . William Hart , le chanteur du groupe , avait écrit " La La Means I Love You " sans grande conviction . Mais Thom Bell , par ses arrangements et sa production , allait transcender la chanson . La section rythmique utilisée sur ce disque des Delfonics est le même que l'on retrouve sur la majorité des tubes issus de Philadelphie depuis 1970 , et comprend Ronnie Baker à la basse , Earl Young à la batterie , Norman Harris et Roland Chambers aux guitares , et Vince Montana au vibraphone . Pour cette occasion , Thom Bell joua lui-même de tous les claviers . " La La Means I Love You " , enregistré en Mars 1968 , se retrouva rapidement en tête du " Hot 100 " . Thom Bell avait réussi l'invraisemblable combinaison d'une voix très haute , avec une section rythmique extrêmement carrée et une orchestration presque " classique " . Par là même , il créait la formule qui allait lui permettre ( ainsi qu'a d'autres ) d'enregistrer pendant des années succès sur succès .

    MFSB 

    The Philadelphia International Records Story 

    MFSB ( Au premier rang de gauche à droite ) : Earl Young , Bobby Eli , Ronnie Baker , Norman Harris et Larry Whasington . 

    Pratiquement tous les artistes de Philadelphia International Records enregistrèrent aux Sigma Sound Studios de Joe Tarsia , et utilisent les services des musiciens-maison regroupés sous le nom de Mother Father Sister Brother , communément appelé MFSB . Ce groupe , qui peut atteindre des proportions gigantesques avec les sections de cuivres et de violons , comprend un noyau de base avec les arrangeurs Bobby Martin et Don Renaldo , les guitaristes Norman Harris , Bobby Eli , Roland Chambers et Ron Kersey ; le bassiste Ronnie Baker , le batteur Earl Young , le vibraphoniste Vince Montana , le percussioniste Larry Washington ; et Leon Huff qui , chaque fois que cela lui est possible , joue des claviers . MFSB a sorti quelques disques ; mis à part le single instrumental " TSOP " , devenu le véritable hymne de Philadelphie , les enregistrements du groupe ( dont les albums " MFSB " et " Love Is The Message " ) ne présentent pas un grand intérêt , malgré la virtuosité des musiciens .

    The Intruders

    The Philadelphia International Records Story

    Lorsque Kenny Gamble et Leon Huff montèrent leur label , Excel Records en 1966 , les premiers artistes qu'ils engagèrent furent les Intruders . Leon Huff avait fait la connaissance du groupe alors qu'il travaillait à New York , et il s'avéra que par coïncidence , son manager était le même que celui des Intruders . A New York en 1964, il leur fit enregistrer un single pour le label Musicor Records qui passa complètement inaperçu . Deux ans plus tard à Philadelphie, Leon Huff produisit " All The Time " pour les Intruders , disque qui fut le seul à sortir sur Excel Records , car un autre label revendiqua l'exclusivité du nom . Après un procès , Kenny Gambel et Leon Huff durent rebaptiser leur label Gamble Records . The Intruders , composés de Little Sony Brown , Eugene Daughtry , Phil Terry et Robert Edwards , sont originaires de Philadelphie . Leur style est directement issu des groupes Doo Wop des années cinquantes , et de ce fait le succès qu'ils rencontrent aujourd'hui encore aux Etats-Unis et même en Europe peut paraître surprenant . La vedette du groupe est Little Sony Brown dont la voix et la façon de chanter sont tout simplement inimitables . Leurs meilleurs titres enregistrés pour Gamble Records méritent une oreille attentive : " Devil With An Angel's Smile " , leur premier single à entrer dans le " Hot 100 " , ainsi que " Together " et " Baby I'm Lone Lonely " en 1967 , sans oublier " I'll Always Love My Mama " en 1973 . Le fameux  " Cowboys To Girls " dépassa le million d'exemplaires vendus en 1968 . Mais leurs meilleures faces sont regroupées sur l'excellent album " Intruder's Super Hits " , paru en 1973 .

    The O'Jays

    The Philadelphia International Records Story 

    Le premier disque à sortir sur le label Neptune Records fut un single des O'Jays , " One Night Affair " , mis sur le marché en Mars 1969 . Kenny Gamble et Leon Huff avaient rencontré les O'Jays à l'Apollo Theater de Harlem , alors qu'ils se produisaient au même show que les Intruders , en pleine gloire après le récent succès de " Cowboys To Girls ". Les O'Jays enregistraient alors pour Bell Records , après être passés par toute une série de labels . Quelques mois plus tard , les O'Jays invitèrent Kenny Gamble et Leon Huff à venir les voir en concert à Cleveland , Ohio , ( leur fief ) , et cette fois ils parlèrent affaires . Le groupe tournait déjà depuis des années , précisément depuis 1958 , lorsque Eddie Levert et Walter Williams qui chantaient alors du Gospel , montèrent leur groupe , The Triumphs avec William Powell , Bill Isles et Bobby Massey . En 1961 , le groupe fut engagé par Sid Nathan pour son label King Records , et furent rebaptisés The Mascots . Un disc-jockey de Cleveland , Eddie O'Jay , s'occupa ensuite de leur trouver des galas , et les présenta à un petit producteur de Detroit , Don Davis ( qui connaîtrait la gloire quelques années plus tard avec Johnnie Taylor & The Dramatics ) .

    The O'Jays : I Love Music [ Long Version ] 9'45

     Don Davis leur fit enregistrer " Miracles " pour le label Dayco Records , et les Mascots changèrent de nom une fois de plus , cette fois en hommage à Eddie O'Jay , et devinrent The O'Jays . Ils continuaient à stagner , lorsqu'ils rencontrèrent H. B. Barnum qui les prit sur son label californien Little Star Records , comme accompagnateurs de Lou Rawls . H. B. Barnum les enregistra et réussit à les placer sur un label plus important , Imperial Records , pour lequel les O'Jays obtinrent trois petits hits en 1965, avec " Lipstick Traces " , " Stand In For Love " et " Let It All Out " . Après un échec chez Minit Records , Bill Isles quitta le groupe en 1966 . Les O'Jays retournèrent à Cleveland et s'apprêtaient à se séparer , lorsqu'un triomphe exceptionnel lors d'un concert leur valut un contrat chez Bell Records . Ils furent confiés à l'arrangeur Richard Tee et au producteur George Kerr , un ancien de chez Tamla Motown Records , et sortirent trois excellents singles qui entrèrent dans les charts " Soul " : " I'll Be Sweeter Tomorrow " , " The Choice " et " Look Over Your Shoulder " . Bell Records sortit un album des O'Jays , mais y rajouta des cris et des applaudissements de foule qui rendirent ce disque particulièrement inaudible . Les O'Jays étaient de nouveau dans le creux de la vague lorsqu'ils signèrent avec Neptune Records . " One Night Affair " , avec une excellente partie de piano électrique de Leon Huff et la voix torride  de Eddie Levert , les relança considérablement , puisque ce disque atteignit la 68éme place du " Hot 100 " , et par la même établit Neptune Records comme un label prometteur . En 1969 , les O'Jays sortirent successivement " Branded Bad " ( un morceau pour danseurs ! ) et une chanson de Noël au titre extrêmement long : " [ Christmas Ain't Christmas New Years Ain't New Hears ] Without The One You Love " . Mais leur meilleur titre fut " Looky Looky [ Look At Me Girl ] " en 1970 , avec une fois encore l'incroyable piano de Leon Huff , malheureusement , en Juillet de cette même année , Neptune Records cessa ses activités . Un fois n'est pas coutume , les O'Jays retournèrent à Cleveland . Bobby Massey quitta le groupe en Septembre de l'année suivante pour se consacrer à la production . Les O'Jays furent contactés par Brian Holland-Lamont Dozier-Eddie Holland pour leur label Invictus Records , ainsi que par Tamla Motown Records , mais ils repoussèrent ces propositions , jugeant que ces firmes ne respectaient pas l'originalité de leurs artistes , et leur donnaient à tous le même son . Ils étaient restés en contact avec Kenny Gamble et Leon Huff , et lorsque ces derniers leur proposèrent de signer sur leur nouveau label , Philadelphia International Records , les O'Jays ne se le firent pas répéter deux fois . Ils n'eurent pas à le regretter , leur premier single " Back Stabbers " produit par Kenny Gamble et Leon Huff , et arrangé par Thom Bell , se vendit à plus d'un million d'exemplaires , et rapporta un disque d'or , le premier pour les O'Jays , mais aussi le premier pour Philadelphia International Records . " Back Stabbers " par le " son " qui s'en dégage , et grâce aux arrangements délicats de Thom Bell , marque véritablement les débuts du Philly Sound contemporain .

    Billy Paul 

    The Philadelphia International Records Story 

    Au début des seventies , on découvre Billy Paul , né à Philadelphie le 01 Décembre 1934 , copain d'enfance du comédien Bill Cosby et grand admirateur de Nat King Cole . C'est en fouillant dans la collection de disques de Jazz de sa mère qu'il se passionne pour la musique . En 1945 , il chante déjà à la radio , puis par la suite dans des clubs de Jazz de sa ville natale ; il a le privilège de se produire avec Charlie Parker en 1955 , peu avant la mort de ce génie du Jazz . C'est d'ailleurs en tant que chanteur de Jazz que Billy Paul réalise ses premiers enregistrements pour le label Jubilee Records avant de partir faire son service militaire . A son retour , en 1961 , il se joint brièvement à Harold Melvin & The Blue Notes , un groupe de Philadelphie qui classe une bonne vingtaine de titres dans les hits-parades black entre 1960 et 1984 dont " If You Don't Know Me By Now " en 1972 . A la fin de cette même année 1972 , Kenny Gamble , Leon Huff et Philadelphia International Records récoltèrent un autre disque d'or avec Billy Paul et son " Me And Mrs. Jones " , qui bien sur fut un tube énorme aux Etats-Unis , en Angleterre , et même en France où ces choses-là sont si exceptionnelles qu'elles méritent d'être signalées . Paul Williams , alias Billy Paul , arriva chez Neptune Records vers 1968 , avec un goût et une direction musicale fermement orientés vers le Jazz . Il apporta à Kenny Gamble quelques titres qu'il avait enregistrés avec un trio de Jazz . Il lui manquait trois morceaux pour compléter un album , aussi entra-t'il en studio à Philadelphie avec Kenny Gamble pour les enregistrer . L'album sortit un peu plus tard sous le titre de " Feeling Good At The Cadillac Club " ; c'était un disque constitué dans sa majeure partie de standards de la variété ( " On A Clear Day " ) . Il se vendit très mal , et Billy Paul se rendit compte qu'il n'y avait pas un très grand public pour ce style de musique . Avec l'aide de Kenny Gamble , il essaya alors de se mettre au goût du jour. Après de longs mois de travail , il sortit " Ebony Woman " , qui entra dans les charts , tout comme le single " Mrs. Robinson " qui en était extrait . Deux mois plus tard, Neptune Records se retrouvait sans distribution et devait se saborder . Billy Paul resta avec Kenny Gamble et Leon Huff , et n'eut pas à le regretter non plus . Kenny Gamble cherchait à trouver un compromis entre l'attirance naturelle de Billy Paul pour le Jazz et la musique qui avait les faveurs du public . Sur l'album suivant , " Goin' East " les influences sont nombreuses et sensibles , et le single " Magic Carpet Ride " fut un Honnête succès . Et puis ce fut l'album " 360 Degrees Of Billy Paul " avec le superbe tube " Me And Mrs. Jones " , écrit et produit par Kenny Gamble et Leon Huff , qui aide à lancer Philadelphia International Records , tandis que Billy Paul ne connaîtra jamais plus un tube phénoménal comme " Me And Mrs. Jones " : No 1 au Hot 100 en Décembre 1972 . 

    Harold Melvin & The Blue Notes 

    The Philadelphia International Records Story

    Au début de l'année 1972 , Philadelphia International Records signa Harold Melvin & The Blue Notes . Jusqu'alors , la carrière du groupe avait été assez surprenante . En effet , alors que l'ambition principale d'un artiste est d'enregistrer , les Blue Notes ne considèraient pas les choses de la même façon . Pendant la majeure partie des années soixante , le groupe préféra tourner intensivement dans les clubs chics des Etats-Unis , où ils se forgèrent une solide réputation . Accompagnés par un groupe de cinq ou six musiciens , les Blue Notes présentaient un show reprenant aussi bien des tubes des Temptations ou de Brian Holland-Lamont Dozier-Eddie Holland , que des succès de Sammy Davis Jr. et autres standards de Broadway . A cette époque , ils furent contactés par Kenny Gamble et Leon Huff , mais refusèrent de perdre quelques semaines de galas lucratifs pour aller s'enfermer en studio . Le producteur Luther Dixon réussit tout de même à leur faire enregistrer un single qui sortit sur Chess Records , et le légendaire Henry Stone produisit un album des Blue Notes dans son studio de Floride, mais ceux-ci n'étaient visiblement pas intéressés par ce côté du show-business Puis des changements s'opérèrent au sein du groupe . Melvin et les Blue Notes découvrirent presque par accident que leur batteur , Theodore Pendergrass , avait des possibilités vocales exceptionnelles . En 1970 , le groupe se sépara pendant quelques mois , et lorsqu'il se reforma , le chanteur John Atkins fut remplacé par Theodore Pendergrass . La formation comprenait alors Harold Melvin , Theodore Pendergrass , Lloyd Parks , Bernard Wilson et Lawrence Brown . Et en 1972 , lorsque Kenny Gamble et Leon Huff revinrent à la charge , les Blue Notes se laissèrent tenter , et signèrent avec Philadelphia International Records . Le premier single " I Miss You " , sortit en Avril , et le résultat était fantastique . La production de Kenny Gamble et Leon Huff sur ce titre est tout simplement géniale . La guitare et le vibraphone sont bien en avant des cuivres et des cordes dès l'intro , qui débute par un falsetto incroyable de Lloyd Parks . Puis dès que commence la mélodie , le piano de léon Huff entre en jeu . Deuxième ingrédient de taille , la voix de Theodore " Teddy " Pendergrass poussée au maximum de ses possibilités . Et puis les choeurs qui reprennent inlassablement : << Oh I... Oh I... Miss You , Miss You , Miss You , Miss You , Miss You >> pendant le long monologue d'Harold Melvin , dramatique et solennel à souhait . Le morceau se termine en apothéose avec la remontée de l'orchestre et le retour de Teddy Pendergrass . " I Miss You " fut un énorme succès dans les charts " Soul " , mais ne fit pas grand chose auprès du public blanc . L'album " Harold Melvin & The Blue Notes " sortit peu après , et  voilà le disque qui pour moi représente la quintessence du son de Philadelphie . Cet album est indispensable . On y trouve la version intégrale de " I Miss You " ( qui avait été écourté sur le single ) , et puis il y a " If You Don't Know Me By Now " , la perle des perles , qui deux mois après sa sortie avait dépassé les deux millions d'exemplaires vendus , et rapporté un disque de platine . Moins intense que " I Miss You " , mais remarquablement servi par une orchestration riche ( mais pas envahissante ) et la voix merveilleuse de Teddy Pendergrass qui chante comme si c'était la dernière fois , " If You Don't Know Me By Now " est une des plus belles ballades jamais enregistrées .

    Teddy Pendergrass 

    The Philadelphia International Records Story 

    En 1975 , Teddy Pendregrass entame sa carrière solo qui lui apporte , trois ans plus tard , un No 1 " Close The Door " . Au début des années 80 , alors que devenu superstar , il attire d'immenses foules dans les plus grandes arènes , un accident de la route le laisse partiellement paralysé . Forcé de se déplacer en fauteuil roulant , Teddy Pendergrass continue à sortir des disques et devient l'un des porte-parole des handicapés aux Etats-Unis . 

    The Philadelphia International Records Story 

    The Three Degrees

    The Philadelphia International Records Story

    The Three Degrees : Dirty Ol' Man [ Long Version ] 8'21 

     Formé en 1963 à Philadelphie et comme son nom l'indique , Three Degrees est un trio vocal . Cependant , il y a eu un certain nombre de changements de personnel et un total de quinze femmes ont représenté le groupe tout au long de sa carrière . Les membres originaux étaient Fayette Pinkney , Shirley Porter et Linda Turner . Elles furent découvertes par le producteur et compositeur Richard Barrett , qui était responsable de groupes des années cinquante comme The Chantels , Little Anthony & The Imperials . Richard Barrett a enregistré leur première chanson " Gee Baby [ I'm Sorry ] " sur le label Swan Records , en 1965 . A la suite Shirley Porter et Linda Turner quittèrent le groupe , laissant Fayette Pinkney le seul membre original du groupe . Elles furent remplacées par Helen Scott et une variété d'autres femmes ( trop nombreuses pour les nommées ) avant la venue de Janet Harmon vers la moitié des années soixante . Richard Barrett s'occupait également de la carrière et de la production de Sheila Ferguson , ( qui était une amie d'enfance depuis le lycée d'Helen Scott ) et , il signa aussi Sheila Ferguson sur le label Swan Records en 1965 . The Three Degrees réalisèrent un certain nombre de singles dont " I'm Gonna Need You " et une reprise de " Maybe " en 1966 . Cette même année , après une longue série de concerts , Helen Scott décide de quitter le groupe pour fonder une famille et fut donc remplacée tout naturellement par Sheila Ferguson ( qui restera 20 ans dans le groupe ) . En 1967 , c'est au tour de Janet Harmon de quitter le groupe qui sera finalement remplacée par Valérie Holiday . Richard Barrett leur fera signer des contrats d'enregistrements au cours des trois prochaines années sur les labels ; Warner Bros. Records , Métromédia Records et surtout Neptune Records ( détenu par Kenny Gamble et Leon Huff et qui travailleront avec les Threes Degrees cinq ans plus tard ) . En 1970 les Three Degrees signent chez Roulette Records et sortent leur premier album " Maybe " , la chanson titre qui est emmenée par Valérie Holiday se retrouve quatrième dans les charts Rhythm 'n' Blues aux Etats-Unis . Les singles " I Do Take You " et " You're The Fool " suivent le même chemin , tout comme leur second album " So Much Love " . Ce succès leur offre une apparition dans le film " The French Connnection " en 1971 , ( filmé lors d'un de leurs concerts à la discothéque de Copacabana à New York ) et aussi un engagement au Riviera Hôtel à Las Vegas , Nevada avec Engelbert Humperdinck . En 1973 lorsque le contrat de Roulette Records se termine , Richard Barrett les signe sur Philadelphia International Records qui leur offrira leurs plus grands succès . La première chanson qu'elles enregistrèrent fut avec le MFSB " TSOP [ The Sound Of Philadelphia ] " qui devint la chanson thème de l'émission TV de Don Cornelius " Soul Train " . Toujour la même année , en Octobre , le groupe fait également une apparition sur l'Américain Télévision Sitcom " Sanford And Son " ( saison 3 , épisode 4 ) , en chantant " I Didn't Know " . 

    The Philadelphia International Records Story

    The Américain Télévision " Sanford & Son " Saison 3 ; Episode 4 ; October 1973

    Leur premier album pour Philadelphia International Records , simplement intitulé " The Three Degrees " , a donné naissance à trois singles ; " Dirty Ol' Man " ( qui obtient un disque d'or en Hollande et en Belgique ) , " Year Of Decision " ( classé No 13 dans les charts singles Anglais ) , mais c'est le troisième single " When Will I See You Again " , qui propulse les Three Degrees vers le sommet . Il se retrouve en tête des charts Anglais pendant deux semaines en Aout 1974 ( c'est la première fois qu'un groupe féminin atteint le sommet des charts Anglais depuis les Supremes en 1964 ) , et devient la quatrième meilleure vente des singles de l'année en Angleterre . Il atteint également la deuxième place des charts Soul aux Etats-Unis , vendant plus de deux millions d'exemplaires et obtient un disque d'or en Décembre 1974 . 

    The Philadelphia International Records Story 

    En 1975 les Three Degrees enregistrent deux albums live ; le premier à Leicester au Royaume-Uni intitué simplement " Live " et le second au Japon , intitulé lui " Live In Japan " . La même année apparaît le deuxième album studio du groupe " The Three Degrees International " et est commercialisé internationalement sous des titres différents et dans différentes langues ; en Europe il est titré " With Love " et il a engendré le single " Take Good Care Of Yourself " , qui atteint le top 10 au Royaume-Uni . En Angleterre l'album est intitulé " Take Good Care Of Yourself " et culmine à la sixième place dans les charts lp du royuame-Uni ( le plus beau score des Three Degrees pour un album en Angleterre ) . Deux autres chansons de l'album obtiennent un grand succès au Japon ; " Midnight Train " et " Nigai Namida " , ce dernier ayant été enregistré en Japonais ( les deux chansons sont des compositions de Japonais ) . En 1976 , les Three Degrees se séparent de Kenny Gamble et Leon Huff et signent chez CBS Records ( Sony / Epic Records ) où elles sortent le concept album " A Toast Of Love" destiné au marché de l'Extrême-Orient , et seule la chanson titre de l'album est parue au niveau international ( ce qui fait que cet album est très recherché ) . En 1976 toujours , Fayette Pinkney décide de quitter le groupe afin de reprendre ses études à plein temps ????? et est remplacée par l'ancienne membre du groupe , Helen Scott . En 1977 paraît l'album " Standing Up For Love " , le dernier pour CBS / Epic Records . En 1978 , elles signent sur le label Ariola Records ( US et EUROPE ) , et commencent à travailler avec Giorgio Moroder , le célébre producteur de Disco suite à son travail avec Donna Summer . Le succès est au rendez-vous avec les deux albums sur Ariola Records " New Dimensions " en 1978 , et " 3 D " en 1979 qui ont livré quatre hits singles au Top 20 Anglais ; " Givin' Up Givin' In " , " Woman In Love " ( originellement enregistré par twiggy en 1977 ) , " The Runner " et " My Simple Heart " . 

    The Philadelphia International Records Story  

    Le groupe participe au trentième anniversaire du Prince Charles à Buckingham Palace en 1978 , et plus tard sont invitées au Pre-Wedding Party pour le mariage de Lady Diana Spencer en 1981 . Leur propre émission de télévision " The Three Degrees At The Royal Albert Hall ( An Evening With The Three Degrees ) " est enregistrée en Octobre 1979 , dans laquelle le trio est soutenu par le Royal Philharmonic Orchestra . En 1980 paraît l' album " Gold " , ( une compilation qui se classe dans le Top 10 Anglais ) doté d'une face de hits du label Ariola entre 1978-1979 , et sur l'autre face d'enregistrements " Live " de leur émision TV au Royal Albert Hall . Cette compilation est le deuxième " Best Of " du groupe à prendre place dans le Top 10 lp Anglais en moins de deux ans , après celui de CBS Records "A Collection Of Their 20 Greatest Hits" au début de 1979 ( qui préfigurait le matériel pré-Ariola et qui culmina à la huitième place de ce même Top 10 lp Anglais ) . Entre 1982 et 1985 , les Three Degrees sortent deux albums sur leur propre label 3 D Records , " Album Of Love " et " Live In The UK " , ainsi qu'un single de Sheila Ferguson intitulé " Liar " . Un troisième enregistrement pour la télévision Anglaise , BBC Télévision Show est enregistré en 1982 , intitulé " Take 3 Degrees " , qui comprend des performances de leurs plus grands succès , et aussi des chansons que le groupe effectuait dans leur dernier spectacle comme " I Can't Turn You Loose " et " Celebration " . Le groupe retrouve les charts Anglais en 1985 avec " The Heaven I Need " qui a été produit par Stock , Aitken , Waterman sur le label Supreme Records . En 1986 , Sheila Ferguson quitte à son tour le groupe et est remplacée par Vera Brown des Ritchie Family , puis par Rhea Harris en 1987 . En 1989 Helen Scott et Valérie Holiday avec une nouvelle recrue , Victoria Wallace enregistrent un nouvel album intitulé " Three Degrees...And Holding " sur le label Ichiban Records , et un single en est extrait " A Tender Lie " . Le groupe enregistre un cd " Live At London's Dominion Theatre " , avec Billy Paul et Harold Melvin & The Blue Notes à l'été 1989 . Le groupe enchaîne avec une tournée au Royaume-Uni et au Japon à la fin de l'année . En Décembre 1989 , Cynthia Garrison remplace Victoria Wallace , et en 1993 , elles enregistrent une nouvelle version de " When Will I See You Again " avec Thomas Anders ( de Modern Talking ) .

     The Philadelphia International Records Story

     MFSB Featuring The Three Degrees : Tsop 5'49

     

     Il a fourni trois pistes pour leur album " Out Of The Past Into The Future " , marquant leur retour sur le label Ariola Records et aussi le plus réussi depuis quinze ans . Deux autres singles en sont extraits la nouvelle version de " Dirty Ol' Man " et une nouvelle chanson " Hurry Hurry " . En 1996 le groupe sort un nouvel album best of intitulé " Best & New Hits : When Will I See You Again " comprenant quatre réenregistrements d'anciens titres et six nouvelles chansons . En 1998 un album de circonstance                 " Christmas With The Three Degrees " est enregistré , alors que le groupe continue leur tournée . Elles font leur première apparition à la télévision américaine depuis plus de vingt ans , en 2003 sur le PBS spectacle " Rhythm , Love , And Soul " avec Aretha Franklin , Lou Rawls et Mary Wilson . Elles font également parties du " Best Disco In Town 2004 Tour " avec les Pointer Sisters , Chic , The Emotions et Evelyn " Champagne " King . On les retrouve au " Best Disco In Town 2007 Tour " du Royaume-Uni en Mai 2007 . En 2008 le groupe sort l'album " Helen , Valérie , Cynthia : The Greatest Hits " qui comprend complètement de nouveaux enregistrements de leurs plus gros succès et quelques titres favoris de leurs fans . Le groupe , ainsi que Fayette Pinkney ( membre fondateur du groupe ) reçoivent plusieurs honneurs au cours de 2007 et 2008 à travers le BEMA ( The Black Entertainment and Music Association ) et celui de la ville de Philadelphie pour leur contribution à la musique plus de cinq décennies , la création , pour la première fois " The Four Degrees ". Fayette Pinkney Décéde le 27 Juin 2009 , à l'hôpital de Lansdale , Pensylvanie , après une courte maladie , à l'âge de soixante et un ans . En 2009 , le groupe sort son premier album studio en plus de dix ans ,               " Undercover 2009 " contenant une sélection de huit reprises de chansons classiques d'interprètes comme Abba , Stevie Wonder , Paul Simon et Bee Gees . En 2010 paraît le single " Holding Back " , et en Janvier 2011 , Freddie Piscine remplace Cynthia Garrison suite à un syndrome du piriforme contracté , afin de respecter les contrats de tournées. La formation Valérie Holiday , Helen Scott et Cynthia Garrison fut la plus longue du groupe ( 1989 - 2010 ) .        

    The Philadelphia International Records Story

    The Stylistics

    The Philadelphia International Records Story

    La plus belle réussite de Thom Bell à ce jour , ce sont les Stylistics , certainement le groupe le plus professionnel et le plus commercial ( dans le bon sens du terme ) à avoir émergé de Philadelphie . Le groupe existe dans sa forme actuelle depuis 1968 , lorsque Russell Thompkins Jr. , Airron Love et James Smith qui faisaient partie des Monarchs , et Herbie Murrell et James Dunn des Percussions se réunirent et prirent le nom de Stylistics . En 1969 , ils enregistrèrent leur premier disque pour Sebring Records ,          " You're A Big Girl Now " , composition de leur guitariste Robert Douglas et de leur manager Marty Bryant . Le disque fit un gros succès à Philadelphie et Bill Perry , le patron de Sebring Records , vendit la bande , ainsi que le contrat des Stylistics , à Avco Embassy Records , qui s'empressa de distribuer " You're A Big Girl Now " dans tous les Etats-Unis . C'est Avco Embassy Records qui contacta Thom Bell pour produire les Stylistics . Thom Bell écouta " You're A Big Girl Now " , et comprit immédiatement les défauts du groupe . Russell Thompkins Jr. avait une voix particulièrement haute , aigüe et puissante à la fois , mais monotone . Thom Bell rectifia cela , il le fit chanter plus bas, et changea complètement l'accompagnement musical des Stylistics . Leur premier enregistrement avec Thom Bell , " Stop , Look And Listen " était très réussi , il suffit de le comparer avec " You're A Big Girl Now " pour sentir l'énorme différence . Mais c'est avec les deux disques suivants , " Betcha By Golly Wow " et surtout " You Are Everything " , que Thom Bell mit définitivement au point le son des Stylistics . Russell Thompkins chantait plus bas , certes , mais sa voix était encore étonnamment haute , et une production à base de violons et de cuivres aurait sans doute considérablement réduit l'impact du groupe . Thom Bell garda l'accompagnement orchestral , mais y ajouta un piano électrique , et fit claquer la basse et la batterie . Le résultat est particulièrement captivant . En 1980 Kenny Gamble et Leon Huff signent avec les Stylistics pour le label TSOP Records , le sous label de Philadelphia International Records , seulement ce groupe est sur le déclin . Avec dix-sept tubes , les Stylistics et leurs douces ballades romantiques étaient devenus le groupe vocal Soul le plus populaire entre 1971 et 1976 .

    The Spinners 

    The Philadelphia International Records Story

    Tout au long de l'extraordinaire ascension de Philadelphia International Records et de Kenny Gamble et Leon Huff , Thom Bell n'était pas resté inactif . Lorsqu'il produit un album , Thom Bell considère chaque chanson comme un single en puissance , à la grande joie des maisons de diques qui ne se privent pas d'extraire d'un album un maximum de singles . Sous la direction de Thom Bell , les Stylistics enregistrèrent leur deuxième album " Stylistics 2 " et obtinrent un énorme hit aux Etats-Unis et en Angleterre avec " Stone In Love With You " . Et puis les dirigeants d'Atlantic Records convoquèrent Thom Bell et lui présentèrent la liste de tous les artistes-maison , en lui demandant de choisir ceux qu'il aimerait produire . A la surprise générale , Thom Bell choisit les Spinners . Jusqu'alors , leur carrière avait été tortueuse . Originaires de Detroit , ils commencèrent à chanter en 1956 sous le nom de The Domingos , et se rebaptisèrent Spinners un an plus tard . Harvey Fuqua les engagea pour son label Tri-Phi Records , et leur premier disque " That's What Girls Are Made For " fut un gros succès . En 1964 , Harvey Fuqua vendit son label à son beau-frère Berry Gordy Jr. , et les Spinners se retrouvèrent sur Motown Records . Malgré quelques tubes épisodiques , " I'll Always Love You " en 1965 , et " It's A Shame " produit par Stevie Wonder en 1970, les Spinners devaient tourner inensivement pour pouvoir survivre , et ils décidèrent d'un commun accord de quitterTamla Motown Records pour chercher un autre label plus décidé à s'occuper d'eux . Avec Atlantic Records , et grâce à Thom Bell, la métamorphose des Spinners allait être totale : en quelques mois , ils vendirent plusieurs millions d'exemplaires de " I'll Be Around " et de " Could It Be I'm Falling In Love " . " I'll Be Around " en particulier est un classique , et reste l'archètype de ce que le show-business américain baptisa à sa sortie , le " Thom Bell Beat " .

    La Suprématie De Kenny Gamble , Leon Huff et Thom Bell

    The Philadelphia International Records Story

      Harold Melvin & The Blue Notes : Bad Luck [ Long Version ] 8'02

    Attirés par la soudaine vogue du " Philly Sound " , des producteurs arrivèrent à Philadelphie de tous les coins des Etats-Unis pour faire enregistrer leurs artistes aux Sigma Sound Studios de Joe Tarsia , avec les musiciens de MFSB . Mais Kenny Gamble , Leon Huff et Thom Bell restaient malgré tout les maîtres incontestés du Philly Sound . Pour eux et leurs artistes , l'année 1973 fut extraordinaire par le nombre de disques d'or qu'elle leur apporta , aussi bien sur le plan des singles que sur celui des albums . De plus , les disques sortis entre la fin de l'annèe 1973 et les premiers mois de 1974 restent les plus intéressants , musicalement , pour l'amateur de Soul Music . Chez Philadelphia International Records , les O'Jays triomphèrent avec l'album " Ship Ahoy " , Harold Melvin & The Blue Notes avec " Black And Blue " , Billy Paul avec " War Of The Gods " , les Three Degrees avec " Threes Degrees " , et jusqu'aux musiciens de studios de MFSB à qui fut donner l'occasion d'enregistrer un album instrumental , " Music Is The Message " . Du côté des singles , l'éventail s'élargit , on y trouve des productions de Kenny Gamble et Leon Huff , " The Love I Lost " de Harold Melvin & The Blue Notes , " I Wanna Know Your Name " des Intruders , " Dirty Ol' Man " des Three Degrees , " For The Love Of Money " des O'Jays , " I Was Married " de Billy Paul , et le fameux " The Sound Of Philadelphia " ( TSOP ) de MFSB ; des productions de Thom Bell bien sur , avec les Spinners " Mighty Love " et " Then Came You " , et surtout les deux plus beaux enregistrements des Stylistics , " Rock 'n' Roll Baby " et "You Make Me Feet Brand New"  mais également deux groupes produits par le guitariste de MFSB , Norman Harris pour Blue Magic , qui obtint un disque d'or avec le merveilleux " Sideshow " , et The First Choice et leur tube " The Player " . De plus , pour augmenter encore le succès de Philadelphia International Records , de nombreux pays commençaient à s'intéresser vivement au Philly Sound . Aussi Kenny Gamble et CBS Records lancèrent le label PIR Records en Angleterre , puis en Europe , et organisèrent une tournée Européenne en Décembre 1973 avec les O'Jays , Billy Paul et les Intruders , qui reçut un accueil triomphant . L'album des O'Jays , " Live In London " , enregistré en concert au cours de cette tournée , fut d'ailleurs un best-seller en Grande-Bretagne .

    Avenir Et Fin Du Philly Sound

    The Philadelphia International Records Story

    Aujourd'hui , Philadelphia International Records , les studios Sigma , les musiciens de MFSB , Kenny Gamble , Leon Huff et Thom Bell , sont devenus de véritables institutions, des légendes vivantes . Les O'Jays furent les superstars de PIR Records , ils ont obtenu leur cinqième disque d'or avec l'album " Family reunion " en 1975 , mais leurs récents enregistrements ont perdu la hargne et la fougue qui les caractérisaient , bien que leurs voix aient gardé toute leur fraîcheur et leur émotion . Le problème semble d'ailleurs être le même pour la plupart des grandes vedettes du Philly Sound . " Wake Up Everybody " édité en 1975 sera le dernier album de Harold Melvin avec les Blue Notes  , celui-ci se séparant du groupe emmené par le chanteur soliste Teddy Pendergrass . Harold Melvin possède les droits sur le nom du groupe , mais c'est teddy Pendregrass qui porte la responsabilité de l'identité vocale des Blue Notes . Quoi qu'il en soit , c'est avec eux que Kenny Gamble et Leon Huff ont fait leur meilleur travail , et l'album " To Be True " avec le single " Bad Luck " restent avec " I Miss You " et " If You Don't Know Me By Now " les meilleures réalisations du groupe . Après l'énorme succès de " You Make Me Feel Brand New " , Thom Bell décida de ne plus travailler avec les Stylistics . Si l'on considère la succession de hits enregistrés par les Stylistics depuis leur séparation avec Thom Bell , il semble que le groupe n'a pas eu à regretter les chansons et la production du " maître " . Mais le fait a beau être troublant , il n'en est pas moins fréquent , nombreux sont les artistes qui , après avoir triomphé grâce à de véritables chef-d'oeuvres , continuent à jouir du même succès pendant des années , alors que leurs enregistrements ne comportent plus la moindre parcelle d'originalité ni de génie , et ne sont que la répétition et l'exploitation d'une formule . Pour remplacer Thom Bell , il a fallu aux Stylistics quatre personnes : un compositeur ; George David Weiss , un arrangeur ; Van McCoy , et deux producteurs ; le tandem Hugo et Luigi alors que Thom Bell faisait tout lui-même , et à la perfection . Avec Thom Bell leurs merveilleuses harmonies étaient subtilement soulignées par les musiciens de MFSB , depuis , les voix des Stylistics sont inexorablement noyées dans un océan de violons et de trompettes . Voilà pourquoi on peut être surpris par l'énorme succès remporté par des chansons insipides comme " Star On A TV Show " et " Thank You Baby " . Curieusement , les meilleures choses qui émanèrent de Philadelphie ne sont plus les productions de Kenny Gamble et Leon Huff . Thom Bell reste le producteur le plus intéressant , en particulier dans son travail avec les Spinners . Il faut absolument avoir entendu leurs albums " News And Improved " et " Pick Of The Litter " , avec les perles que sont " Sittin' On The Top Of The World " , " Games People Play " et " You Made A Promise To Me " . Et puis il faut compter avec Blue Magic , le meilleur groupe vocal à avoir émergé de Philadelphie depuis les Stylistics , et produit de main de maître par le guitariste Norman Harris . Bien que les délicates harmonies vocales du groupe soient assez réminiscentes des Delfonics et des Stylistics , le chanteur soliste Ted Mills fait preuve d'une grande individualité , qui en fait l'égal d'un Russell Thompkins Jr. . Il suffit d'écouter " Look Me Up " ou l'album " Magic Of The Blue " pour en être convaincu . Malgré cela , le Philly Sound semble devenir Stérile . D'un point de vue commercial , la formule s'avère une grande réussite , on ne compte plus les vieilles gloires de la Soul qui , sur le déclin , ont retrouvé un deuxième souffle en allant enregistrer à Philadelphie , et il en est arrivé de nouveaux tous les jours . Musicalement , cependant cette formule s'éssouffle , les arrangements deviennent de plus en plus grandiloquents et toutes les productions finissent par se ressembler . En 1977 , il faut se tourner ailleurs pour entrevoir l'avenir de la Soul Music . Le sort de cette musique semble reposer dès lors , entre les mains de gens comme Bobby Womack et Millie Jakson , qui enregistrent à Muscle Shoals , d'Al Green et Ann Peebles qui poursuivent une brillante carrière sous la direction du producteur Willie Mitchell , dont le label Hi Records est le dernier bastion du " Memphis Sound " . Et il y a toujours Laura Lee , Sly Stone , " le pape du Soul Psychédélique " , dont la musique , comme celle de Stevie Wonder , tend de plus en plus , il est vrai vers le Rock 'n' Roll . Kenny Gamble , Leon Huff et Thom Bell ont relancé une musique qui était dans l'impasse . Leur influence est à la mesure de l'empire qu'ils se sont construit : considérable . Le show-business est avant tout une affaire d'argent : sur ce plan-là , ils ont réussi sur toute la ligne , et l'engouement du public pour le " son " de Philadelphie , fait que son impact sur l'histoire de la Soul Music n'a pas diminué . Le Philly Sound a ouvert la grande porte au Disco qui n'allait pas tarder à s'y engouffrer ; mais cela est une autre histoire .

    Epilogue

    A la suite de cet article j'ai l'intention d'ajouter une nouvelle rubrique dans mon blog , celle du Philadelphia Sound et du Philly Sound , où vous pourrez écouter ce genre de musique . Qu'en pensez-vous ?       

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique